Mes oeuvres·Nouvelles érotiques·Tous les articles

La pesanteur du rêve

Elle remonte sur elle la couverture, et la chaleur du tissu sur ses jambes fait naître en elle une douce émotion. Un effort d’imagination plus tard et ce sont les mains de l’homme, qui en glissant le long de ses cuisses, chauffent sa peau.

Publicités
Mon actualité·Tous les articles

Mon bilan de l’année 2018 en cinq petites secondes

L’année 2018 s’est écoulée, elle nous a filé entre les doigts. Mais rassurons-nous! Elle n’a pas disparu, car il reste le bilan 😀 Personnellement, et logiquement, l’année 2018 aura été celle du changement. Changement que je désirais de tout coeur et redoutais de toutes mes forces: la rupture. Rupture amoureuse, rupture avec ma vie d’avant.… Lire la suite Mon bilan de l’année 2018 en cinq petites secondes

Critiques & Lectures·Révise tes classiques!·Société & Philosophie

Révise tes classiques Ep 12 : Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, Nell Harper Lee

Dans une petite ville d’Alabama, au moment de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Homme intègre et rigoureux, cet avocat est commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche. Celui-ci risque la peine de mort. Ce bref résumé peut expliquer pourquoi ce livre, publié en… Lire la suite Révise tes classiques Ep 12 : Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, Nell Harper Lee

Mes oeuvres·Nouvelles érotiques

Exclu! Ma nouvelle érotique Oasis, vainqueur du concours Sex on the beach, 2ème partie

J’attrape son autre main et la presse contre ma poitrine. Nous restons immobiles un moment, puis elle se penche vers moi et écarte mes cheveux du bout du nez. Sa bouche passe et repasse devant la mienne. J’attends, les lèvres entrouvertes.

Mes oeuvres·Nouvelles érotiques

Exclu! Ma nouvelle érotique Oasis, vainqueur du concours Sex on the beach, 1ère partie

Au moment où je me lève, j’aperçois deux silhouettes sur la plage non loin. Je ne les avais pas vues. Elles étaient là juste derrière le quai, dans l’ombre de la lune. Allongées l’une sur l’autre, il n’y a aucun doute sur ce qu’elles font. Les corps ont ce rythme typique, plutôt lent, déterminé. Pas une seule fois il me vient à l’esprit de regarder ailleurs. Je reste là, appuyée contre le banc, les talons à la main.