Critiques & Lectures·Révise tes classiques!·Tous les articles

Révise tes classiques, Ép 13 : Le vieil homme et la mer

J’ai relu ce grand classique de la littérature Américaine, et ce que j’y ai trouvé m’a laissé sans voix…

Waouh! Quelle entame pleine de suspens! Je crois que je me suis un peut trop habitué au marketing numérique moderne… J’ai exagéré, bien sûr, car rien de dramatique n’est survenu pendant ma lecture. En revanche, ce qui m’a surpris, c’est que ce roman n’était plus celui de mon enfance. Ce roman raconte la vie simple d’un homme sans réelle ambition si ce n’est celle de jouir plus longtemps encore de la beauté de la mer. Sa fortune, ce poisson auquel il ne croit presque plus, fini par mordre à l’hameçon. Sa fortune, c’est ce poisson géant qui représente la force de l’adversité et sa nature indomptable.

Et si le vieux triomphe, quitte à y laisser sa peau (chose qu’il a déjà faite finalement en travaillant si dur toute sa vie), alors son butin, sa fortune, lui sera dérobée. Il rentre chez lui encore plus pauvre qu’il ne l’était en partant. Et voilà bien le sens de cette allégorie. La vie est dure, et l’on ne la vainc pas. On ne sera d’ailleurs pas non plus vaincu, quand on a cette force dans l’âme qui nous pousse en avant.

Mais alors ? Le but de la vie ne serait-il pas de prendre du plaisir dans son métier, à comprendre les paramètres complexes qui animent la nature et à apprendre la technique ?

Ce n’est pas triste, c’est mélancolique. C’est simple et beau. C’est vertigineux parfois, l’océan infini des possibles.

Quelques extraits

Tout en lui était vieux, sauf son regard, qui était gai et brave, et qui avait la couleur de la mer

« J’ai dit au gamin que j’étais un drôle de bonhomme, dit-il. C’est le moment de le prouver. »

Qu’il l’eût déjà prouvé mille fois, cela ne signifiait rien. Il fallait le prouver encore. Chaque aventure était nouvelle.

Peu avant la tombée de la nuit, alors qu’ils passaient à proximité d’un grand îlot d’herbe des Sargasses qui se soulevait et ondulait dans la houle comme si la mer faisait l’amour sous une couverture jaune, une dorade mordit à la petite ligne de l’arrière. Le vieux l’aperçut quand elle sauta. Elle se tordait, elle donnait de furieux coups de queue. C’était un vrai lingot d’or dans le soleil rasant.

Puis le soleil prit de la force, ses rayons incendièrent la mer; quand il se dégagea tout à fait à l’horizon, sa réflexion sur le miroir liquide frappa l’homme en plein dans les yeux

Tu veux ma mort, poisson, pensa le vieux. C’ est ton droit. Camarade, j’ai jamais rien de plus grand, ni de plus noble, ni de plus calme, ni de plus beau que toi. Allez, vas-y, tue-moi. Ça m’est égal lequel de nous deux tue l’autre.

3 réflexions au sujet de « Révise tes classiques, Ép 13 : Le vieil homme et la mer »

  1. Merci pour l’évocation de ce livre que j’ai beaucoup aimé dans ma jeunesse. Maintenant le sujet est-il ce livre en particulier où bien une question en suspens… Qu’est ce qui nous pousse à relire certains livres ? Il y a tant et tant de bouquins qui sortent chaque année que l’on pourrait trouver cela étrange … Là aussi dans le renoncement à la nouveauté, à l’immensité, un gros poisson semble nager en silence mais je ne sais pas si on peut l’appeler « la fortune » 😉 belle journée !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s