Mes oeuvres·Prose

Peu m’importe d’être belle

— Tu es belle !

C’est fou comme trois petits mots peuvent être puissants. Qu’on les assemble et ils deviennent une pile invisible, à l’intérieur, capable de générer des étincelles, de la lumière, de la chaleur.

— Si j’avais une femme comme toi…

Pourquoi faut-il que le désir de posséder succède donc à la tendresse ? La douce électricité est aussitôt épuisée.

Jamais. Jamais je n’appartiendrai à personne.

Ou plutôt si, j’appartiendrai, corps et âme, à celui ou celle qui ne voudra pas me posséder. Il est des êtres qui ne demandent rien et qui donnent tout. Ils ne sont vraiment bons qu’à cela. Parfois, si l’on est assez patient, si l’on oublie de les juger, alors l’évidence nous frappe ! Il y a quelque part, entre leurs doigts, dans leur sourire, derrière leur regard, la vie elle-même.

En attendant, peu m’importe d’être belle.

9 réflexions au sujet de « Peu m’importe d’être belle »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s