Réflexions en tout genre.·Sur les femmes·Tous les articles

Femme à lunettes…

… femme à quéquette? La question, si elle n’a bien sur aucune véracité statistique, mérite tout de même qu’on s’y intéresse.

En effet, l’expression « femme à lunette, femme à quéquette » — outre l’utilisation du joli mot quéquette — ne vous est certainement pas inconnue. Il suffit d’en souffler le première moitié pour que la seconde, comme une prophétie auto proclamée, se devine sans effort.

Qu’est-ce qu’une femme à lunette?

Inutile de se projeter très loin pour comprendre qu’une femme à lunette, dans cette expression, représente une femme intelligente, cultivée, qui aime — par exemple — la lecture et le scrap booking. Cette femme, souvent, a un côté austère, intello, introvertie. Bien sûr, si l’on adhère à ce mythe, alors il faut croire aussi que tous ceux qui ont des problèmes de vision sont austères, intellos, et introvertis.

Dans le cas spécifique de la femme, si une femme sans lunettes est considérée comme une femme normale, comprenez : sensuelle, sexuelle, en bref, une salope, la femme à lunette, elle, est son contraire ; comprenez : une salope.

Mais la femme à lunette le cache bien, sous ses airs de sainte nitouche. Toutefois, les auteurs de cet adage — dont on ne doute pas qu’ils soient d’éminents scientifiques — ont tout de même raison sur un point: toutes les femmes, même celles qui ont des lunettes, sont des êtres humains potentiellement amateurs de sexe.

Bravo, donc.

Si la plupart des gens n’ont pas l’air de s’en soucier, il semblerait tout de même que ce raccourci sociologique soit offensant pour beaucoup, et notamment les femmes à lunettes. Le problème vient-il que l’on accuse ces « intellos » et/ou « myopes » d’aimer le sexe autant que celles qui ont 10 sur 10 à chaque oeil ? Ou bien, se pourrait-il que cette expression frauduleuse soit une vaine tentative de rabaisser les femmes qui adoptent un certain style vestimentaire ou plus simplement de vie ? Je pencherai bien pour cette option. En gros, on dit à ces femmes :

Vous pouvez prétendre être cultivée ; en réalité rien ne peut dissimuler votre amour de la bite.

Quelle magnifique preuve s’il en est qu’une partie de la société aime à rabaisser les femmes à leur fonction sexuelle. Car si la femme à lunette est une salope — on nous l’a démontré — en voici les deux corollaires:

  • La femme à lunettes est hétérosexuelle, quoi qu’elle en dise. Même lorsque deux lesbiennes se touchent en récitant à haute voix des passages de Deuxième sexe de Simone de Beauvoir, elles pensent secrètement à des pénis en érection.
  • La femme à lunettes cache son goût pour la luxure sous des airs de sainte nitouche, ce qui à le don d’énerver les femmes sans lunettes, qui elles, assument leur sexualité.

Oh putain! La salope…

Les inconnus, dans leur sketch Les branleurs le résument plutôt bien. Si une femme couche, c’est une salope. Si elle ne couche pas, quelle salope!

Rendez-vous à 2:31s pour comprendre.

Ce qui est dommage dans cet adage, c’est finalement qu’il est acquis que la femme peut prétendre autant qu’elle veut, elle reste une obsédée sexuelle. Finalement, la seule vérité que j’y vois : c’est que ceux qui y croient sont eux-mêmes des obsédés sexuelles.

Mais ce que je voudrais ajouter — car cela a son importance — c’est qu’être un ou une obsédé sexuelle, ce n’est pas grave. Le sexe est tout de même le loisir préféré de beaucoup ; on le pratique d’ailleurs sur tous les continents, dans toutes les langues, et de milles manières différentes. Ce qui est con — et pardonnez-moi d’utiliser ce mot-là — c’est de juger la sexualité des autres.

J’aimerais ajouter que j’ai de la chance d’être un homme. J’ai de la chance de pouvoir parler de ma libido et d’être accepté, voir admiré pour cela. J’ai de la chance de ne pas avoir à dissimuler quoi que ce soit à mes potentiels partenaires — elles savent déjà que j’aime le sexe, et que c’est sans doute une motivation importante pour moi. J’ai de la chance, surtout, de ne pas être attiré par un genre qui me demande de renier ma sexualité dans ma vie publique, dans ma vie intime, jusque dans mes pensées, pour concentrer de flot de lubricité vers un unique partenaire qui se veut viril mais en réalité manque cruellement de confiance en lui. J’ai de la chance, enfin, de ne pas être rabaissé à ma fonction sexuelle par le sexe opposé, qui, simplement parce qu’il se sent menacé par qui je suis, invente et répand à grand coup de claques dans le dos et d’éclats de rires des proverbes de merde comme « femme à lunettes, femme à quéquette ».

Publicités

16 réflexions au sujet de « Femme à lunettes… »

      1. À part celle citée plus haut, petite liste de celles qui m’horripilent :

        – « Femme qui rit, à moitié dans ton lit » => Mais bien sûr, une femme rit à tes blagues et c’est open bar, tous les voyants au vert. Spoiler alert pour les dragueurs du dimanche : non. Faire rire quelqu’un n’a jamais été un pass magique vers ses draps.

        – « Mal baisée » => Une dame ne peut pas faire montre de mauvaise humeur (à tort ou à raison, peu importe) sans qu’on ramène tout à sa vie sexuelle. Puis évidemment, c’est bien connu, y a qu’un coup du sacro saint pénis qui peut la ramener à plus d’amabilité.

        – « T’as tes règles ou quoi ? » => Ou l’argument que les mecs utilisent quand ils veulent décrédibiliser la colère / le discours d’une nana qui ne leur revient pas.

        – « Garçon manqué » => Non, les garçons manqués n’existent pas. Il y a des filles, il y a des garçons, il y a des personnes trans, des personnes non binaires, bref, tout ce à quoi l’âme humaine peut s’identifier, le genre étant fluctuant à travers les époques et les cultures, mais JAMAIS il n’y a de filles ou de garçons manqué•e•s. Je déteste le sous-entendu de l’expression qui relève encore une fois du sexisme puisque si on considère que quelqu’un peut-être un garçon (ou une fille) manqué(e), cela veut dire qu’on associe encore certains traits de caractère à des comportements dits masculins ou féminins. (Grrrr).

        J’en oublie sans doute plein, mais si j’en ai d’autres qui me viennent, je reviendrais publier ici.

        Aimé par 2 personnes

  1. Ces expressions sont horripilantes…
    « être un ou une obsédé sexuelle, ce n’est pas grave ». Oui ça a son importance! Une grande même!
    Ce n’est pas facile pour une femme de dire ouvertement qu’elle aime le sexe. Même avec tous les progrès que la société a fait sur pas mal de choses, ce sujet reste le sujet tabou par excellence.
    Quant à juger la sexualité des autres, je me demande si ceux qui le font ont une sexualité si épanouie et épanouissante que cela!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ce commentaire Hédoné. Oui, je me demande souvent comment une femme peut dire qu’elle aime le sexe sans immédiatement perdre 50% de sa dot. Heureusement que les moeurs évoluent et que de plus en plus de gens se détachent de certaines façons de penser. Le langage doit évoluer pour faciliter cette évolution 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s