Critiques & Lectures·Tous les articles

Corto Maltese, Les éthiopiques — Hugo Pratt

Entre 1916 et 1918, du désert du Yémen au fleuve Rufiji, Corto Maltesse rencontre Bédouins, militaires anglais, sorciers et hommes-léopards… et le guerrier danakil Cush, dont le mauvais caractère lui déplaît d’abord. Mais c’est dans l’action que la valeur d’un homme se révèle…

J’ai découvert Corto Maltese avec cette BD qui m’a beaucoup plu. Ni le travail d’Hugo Pratt ni son personnage fétiche ne m’étaient jusque-là familiers. À première vue, le dessin ne m’attirait pas trop, mais dès que j’ai eu passé la première page je me suis retrouvé en Afrique, en 1918. Brûlants, mystérieux, fragiles, intransigeants, le désert et ses occupants donnent à cette BD un battement de coeur lourd auquel les aventures de Corto Maltese se greffent tout naturellement, entraînant le lecteur jusqu’au bout en un battement de cil.

20170627_143133 (1)

20170627_143223

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s