Nouvelles·Tous les articles

Lui tourner autour

Aussi loin que sa mémoire pouvait remonter, elle se souvenait d’avoir été là, à attendre qu’il parût, chaque matin, devant sa porte.

Elle lui tournait autour, depuis toujours.

Lorsqu’enfin il fut levé, elle lui murmura:

— L’univers, c’est la distance qui me sépare de toi.

Elle avait passé tout hier à assembler ces neuf petits mots. « L’univers, c’est la distance qui me sépare de toi »… Tard dans la nuit, à la lumière des étoiles, elle en ajustait encore les apostrophes.

Elle espérait l’impressionner, recevoir des « ah! », des « oh! », un arc-en-ciel de voyelles.

Avait-il seulement entendu? Il se contenta de passer, il était occupé.

Elle s’était fait tout un monde, encore une fois. Toujours à penser à lui, à son teint bronzé, à sa chaleur, à raconter à qui voulait l’entendre combien il était brillant.

Avant qu’il ne disparaisse tout à fait, elle lui envoya un baiser en retenant ses larmes.

Il rougit un peu, puis s’éclipsa.

Elle se tourna vers l’est, en attendant demain.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s