Nouvelles·Tous les articles

Archive: Segundo (2015)

On voit de tout depuis un bateau. Surtout de l’eau. Bien sur les marins voyagent, ils parcourent le monde. Chaque voyage commence depuis une terre connue, et se termine – si tout va bien – sur un autre rivage. Mais le reste du temps, l’extrême majorité du temps, le marin ne voit que de l’eau.

Celui-ci se nommait Segundo. Le deuxième. Ses parents avaient souhaité l’appeler Sebastian, mais ce prénom ne prit jamais. Ses professeurs, ses amis, ses voisins, tous appelaient l’enfant Segundo.

Il est né sur une île, ce qui fit de lui un marin par obligation. Car sur cette île, les hommes devenaient pêcheurs et passaient leur temps sur l’eau. Les femmes, elles, vivaient sur la terre et faisait le reste. Quoi que cela put être. Quand Segundo pensait à sa mère, il l’imaginait souvent assise et nettoyant du poisson en bavardant d’une voix forte avec les autres femmes du village : sa tante, sa sœur, la voisine… D’ordinaire les hommes restaient à l’écart, de peur de devenir leur sujet de conversation. Segundo lui ne s’en préoccupait pas, du moment qu’il n’avait pas à écouter leur commentaires sur untel et sa virilité défaillante. Si tant est qu’elles parlaient bel et bien de cela.

A quinze ans, il était tombé amoureux, puis a seize ans, puis a dix sept, a dix-huit ans, et ainsi de suite. Il en avait tellement pris l’habitude qu’il en vint même à n’avoir plus besoin de diriger son affection vers une personne réelle. Il en imaginait une. Une belle hein, à la peau pâle, aux cheveux roux et aux yeux verts, calme et fragile, ou brune à la peau halée, au corsage débordant de vie, changeante et nourricière comme la mer. Grâce à la télévision, il avait découvert tant et tant de femmes que ses amourettes duraient de moins en moins longtemps.

Et s’il en trouvait une nouvelle alors il devait rompre avec toutes les autres. C’était pour lui une question d’honneur. Il avait passé tant de temps à tenter de satisfaire ses parents qu’il était passé maître dans l’art de faire le bon choix. Et puisqu’il avait réussi en tant qu’enfant parfait, il se rêvait maintenant en petit ami idéal. Et lorsque plus tard il serait en âge de trouver une épouse, toutes les femmes sauraient reconnaître en lui l’homme parfait.

– Bonjour.

Segundo interrompit sa rêverie, et se tourna vers la voix qui le saluait. C’était une jeune femme. Assez petite et fluette, sans charme particulier si ce n’était ses grands yeux et ses cheveux colorés.

– Bonjour, fit-il. Qui es-tu ?

– En voilà des façons! répondit la jeune femme. Tu viens chez moi, et tu me demandes qui je suis.

Segundo jeta un œil autour de lui, il se trouvait dans un petit commerce d’ustensiles hétéroclites. Derrière lui, la mer. Comme il ne se souvenait pas être entré dans la boutique, il tenta de sauver les apparences en justifiant sa présence.

– Je cherche… Il observa les articles en vente le long des murs hautement décorés. Il y avait là casseroles, draperies, savons, fruits et chaussures, deux ou trois meubles en bois, un magnétophone, des outils de jardins…

– Eh bien ? Insista la fille.

Il rougit. Il ne parvenait pas à trouver un produit dont il eu besoin.

– Moi je sais, fit la jeune femme en se fendant d’un large sourire, tu veux être moi.

Le visage de Segundo se tordit de surprise, il n’avait jamais entendu une chose pareille. Comme il ne parvenait pas à articuler une réponse, la jeune femme poursuivit.

– Mon nom est Nina. Et si tu es venu ici, c’est parce que tu souhaites emprunter mon corps.

Segundo balaya du regard la petite échoppe pour être sûr que personne n’avait surpris leur conversation. Il tâcha de dissimuler sa honte, avant d’infirmer les propos de cette folle. Il ne savait pas par où commencer. Il n’avait jamais rêvé d’être quelqu’un d’autre, et surtout pas une femme. Il était heureux ainsi, sans parler bien sûr du fait qu’une telle proposition n’avait pas de sens.

– Je dois y aller, finit-il par articuler, désespéré de quitter cette situation ô combien inconfortable.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s