Nouvelles érotiques·Sur les femmes·Tous les articles

Archive: Demande en ménage. À trois. (2016)

– Allo?

Cette voix de femme devenue soudain réelle me surprend et me rend nerveux. J’imaginais quoi franchement? Que des heures de fantasme s’effacerai bien gentiment face à la réalité?

– Allo Emilie?

Ma gorge s’assèche à la vitesse de la lumière.

– Oui?

– C’est Antoine, le copain de Camille.

Il lui faut une seconde pour relier les points.

– Oui, oui, salut, comment ça va?

– Bien merci.

Je commence à paniquer un peu, je sens qu’elle se demande vraiment ce qui lui vaut le plaisir.

– Ecoute, je sais que ce coup de fil sors de nulle part, et crois-moi tu n’es pas au bout de tes surprises.

– … ok… ?

Elle a dit OK en laissant trainer une intonation interrogative, elle m’écoute. J’essaie d’être cool tout en me rendant compte de la stupidité de mon appel. Je l’ignore en me convaincant que c’est une bonne idée.

– Bon voilà, je sais que ce n’est pas commun comme appel, surtout qu’on ne s’est jamais rencontrés et que tu ne connais Camille que depuis quelques semaines. J’ai cru comprendre que vous vous entendiez bien toutes les deux, en tout cas Camille parle de toi souvent. Elle a l’air de beaucoup t’apprécier.

Je m’arrête une seconde, elle se sent obligée de répondre quelque chose.

– C’est gentil. Je , oui, on s’entend bien je crois.

Je sens sa gêne au téléphone et curieusement, loin de s’associer à la mienne et de faire de cet appel un fiasco si embarrassant que je devrais me cacher pour toujours, elle me rassure. Elle rend Emilie… humaine. À ma portée.

– Haha ! ris-je en relâchant soudain la tension accumulée dans tout mon corps, ne t’en fais pas tu n’as pas besoin de confirmer, mais c’est très sympa de ta part, Camille sera ravie d’entendre ça !

Je sens Emilie se détendre un peu, elle expire. Bon sang. J’ai l’impression de sentir son souffle mourir dans mon oreille après avoir été comme suspendu pendant une seconde infinie.

– Camille fête son anniversaire – j’entends Emilie qui crois soudain comprendre – dans quelques jours et j’ai envie de lui faire un cadeau… un peu spécial.

– Ah oui ?

L’image de leurs ébats, que j’ai imaginés dix fois, me traverse l’esprit. Je me sens complètement envahie par une vague sexuelle qui cours le long de mon dos, se jette entre mes fesses, caresse mon entrejambe en la contournant et viens se concentrer dans mon pantalon, où une bosse se gonfle et se dégonfle maintenant au rythme de mon souffle. Je suis sur qu’une goutte brillante s’y est déjà installée, tout en haut, comme sur un trône de chair où se pressent une foule bouillante et prête à hurler.

– Je veux qu’elle couche avec toi.

Silence.

– Pardon, je sais que c’est direct. Mais je ne vois pas comment en parler autrement. D’ailleurs, je ne sais pas comment en parler tout court. Je suis direct, tant pis. Après tout, si tu n’es pas intéressée, il te suffit de le dire.

Je réfléchis une seconde. J’ai balancé mon fantasme comme ça, à une amie de ma petite amie sans l’aval de cette dernière d’ailleurs, puisqu’il y a quelque secondes encore ce n’était qu’un fantasme. Je me dis que la vie, c’est aussi du plaisir, du hasard, et que les codes ont été écrits par quelqu’un d’autre. Je n’ai pas à leur obéir.

– Emilie, je vais être très honnête, tu es une très belle femme, et Camille t’apprécie, je pense même qu’elle te trouve sexy. Notre vie sexuelle est assez ouverte, et nous avons tout deux expérimenté des relations ouvertes, des rencontres d’un soir, nous aimons beaucoup nous amuser au lit. Cependant, je n’ai jamais eu de sexe à trois, et je crois que j’en ai envie.

– Ah mais, toi aussi tu veux… ? Articule-t-elle à demie. Elle est aussi nerveuse que je l’étais.

– Oui, pardon, je n’ai pas été clair. Je veux que tu couches avec nous.

Elle souffle une seconde, elle ne dit rien. Je me sens un peu con.

– Mais enfin c’est ridicule, on ne se connaît même pas

– Je sais mais…

– En gros tu veux coucher avec moi, et tu invites Camille aussi pour que ce ne soit pas tromper c’est ça ?!

Elle s’énerve un peu, elle ne sait pas comment réagir. Elle croit que je veux tromper Camille. Elle a du mal à articuler. Je me sens un peu coupable.

– Emilie, je te prie de m’excuser, c’est cru, et je ne voudrais pas te mettre dans une situation embarrassante. Surtout avec Camille. Après tout vous êtes amie, et ce serait dommage de perdre ça.

Silence.

C’est pour ça que je ne lui en ai pas parlé. J’aimerais que cela vienne de toi et moi.

Elle pouffe.

– Je reconnais que c’est bizarre, puisque c’est mon fantasme, et uniquement le mien.

Je prends une seconde et ajoute :

– Mais ce serait si bien. Quel cadeau d’anniversaire ! Un bel homme et une magnifique femme, sympa, amusante, fun ! Pour faire l’amour à la femme que j’aime !

– C’est même un peu ridicule parce que je ne sais pas même pas si je serais capable de la voir faire l’amour avec quelqu’un d’autre.

– Et puis je suis assez nerveux a l’ idée de te séduire, j’ajoute, et d’aller plus loin avec toi.

– C’est peut-être con, je termine.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s